1 Margaret Michèle Cook / Nancy Vickers / Tina Charlebois

 Poèmes de la Cité Redux

Rue Laurier

Dans la maison victorienne, le spiritisme est de mise et les briques jaunes enclosent leurs secrets : mère chérie et chiens roux, racés et rectangulaires en série.

(Chez elle, fox terriers et non terriers irlandais portent le même sobriquet à travers les décennies.)

Que dire des boules de cristal, des revenants et de l’amour?

À la Chambre, son prédécesseur prône la conciliation, et qu’en est-il de Zoé ? Arpente-t-elle les rues de la Côte-de-Sable, respire-t-elle l’odeur des fleurs de son jardin, chausse-t-elle les bottes de la saison ? Deux longues années suivent le décès de son mari, précèdent le sien.

(Enfant, elle converse avec une amie imaginaire appelée par ce même prénom.)

Que dire des revenants et de l’amour ?

Une date : dix-neuf cent quatre-vingt-huit. Élue sur la Colline la première femme autochtone. Nos respirations prennent de l’ampleur.

(Au coin Nelson, elle habite son aire.)

Les trottoirs sont peuplés de strates d’histoires et d’énergies ; nos organismes circadiens vibrent aux rythmes des ancêtres, des revenants et de l’amour.

Margaret Michèle Cook

Nancy Vickers, Le tombeau de Sir Wilfrid Laurier, I, photo, 2019.
Nancy Vickers, Le tombeau de Sir Wilfrid Laurier, I, photo, 2019.

La couronne de ta descendance

 

Tu as mis une croix sur ta tombe
sans en avoir fait le signe
          sur le sein des siens
Tu as fait le moindre mal à ceux
qui ne t’avaient jamais          connu          oublié
embrassé          ou adopté

Ta propre résistance
nous a hantés dans nos moindres chimères

Nous ne défricherons pas tes terres
ne nous agenouillerons pas devant tes pleurs
ne porterons pas tes mains serrées sur nos poitrines
Nous te donnerons          comme sépulture
une langue en mouvance          migrée et migrante
          comme un foyer dans lequel on brûle son ignorance

Ta couronne de laurier
nous la déposons sur le domaine de nos rêves flous
cet avenir en sépia
          que nous ne laisserons tremper

Entre le Bas et le Haut
il existe toujours un purgatoire poétique
et nous te hantons
tel un spectre en haillons cuivrés
          telle une ombre créée par la lune
au soir de nos soupirs

Tina Charlebois

The Artists

Margaret Michèle Cook is the City of Ottawa’s French Poet Laureate for 2019-2021. She has lived in Ottawa for over thirty years and began writing poetry shortly before arriving in the city. 

(photo by: Gerry Smith)

Nancy Vickers has been haunting Ottawa for over forty years. She loves the Museums, Rockliffe Park, and strolling in the ByWard Market.

Author of four books of poetry, poet Tina Charlebois studied at the University of Ottawa, specializing in creative writing. After returning to the nation’s capital thirteen years ago to get her Education degree, she will be defending her Master’s in creative writing this fall, in the city where her literary career started.