4David Ménard / Jean-Marc Lacombe

 Poèmes de la Cité Redux

Dialogue insolite sur la rue Chapel

 

— Tu es si belle quand tu meurs.
— Mais pourquoi ne suis-je jamais contente?
— Parce que tu n’as pas ce que tu désires.
— Pourquoi?
— Ce que tu veux n’existe pas.
— …
— Ça n’a jamais existé ou ça n’existe plus.
— …
— Parce que ce sont des rêves, des fantômes. Parce que la peur croît avec l’usage. La pluie est longue. La nuit est forte. Les fleurs sont crispées, les visages fanés. Le dernier à aller se coucher se fait accuser de tous les torts, et peut-être de toutes les vérités. Parce que les sorcières ont épuisé leurs sortilèges dans les aurores Lucifer. Toutes les belles s’endorment le doigt sur des fuseaux maléfiques sombrement salvateurs. Les cœurs sont droits, polis, fatigués, éteints. Parce qu’il y a tant de malheurs à bercer et de peaux d’âne à border. Parce que les Minotaures et tous les ogres gardent pour eux la féérie. Parce que partout on aime dans des canevas de tempêtes, le diable au ventre, les mains dans le frimas, le visage dans la bile et les pieds dans le spleen. Le grotesque et le sublime sont saoulés. Tout est brisé, comateux et l’urgence règne.
— C’est pas vrai.
— Tu as toi-même même trouvé l’hiver mort dans un fossé.
— C’est vrai… Et nos histoires?
— Des contes…
— Des contes?
— Des contes à rendre. Des poèmes démodés. Des soupirs. Du vent…
— Du vent?
— Du vent torride, mais du vent pareil.
— Je ne sais pas…
— Mais oui! Tu le sais… Tu comprends? Il faut que ça brûle…
— Toi aussi tu devrais mourir.
— …
— Ça te ferait du bien.

 

David Ménard

Jean-Marc Lacombe, Orages, multimedia, 13x19 pouces, 2019.

The Artists

David Ménard lives in Green Valley, in eastern Ontario. Ottawa was the city of his twenties, his first loves and his early writing.

Jean-Marc Lacombe, born in 1952, has lived in Ottawa all his life. A multidisciplinary artist, his major interests are digital manipulation, resin painting and photography.